Extrait du texte

1 – Prélude  – mai 2017

Ingrid

Je vais parler d’amour. Te forcer et vous forcer à m’écouter parler d’amour. Avec toute la naïveté possible. Je sais.

Ce dont je souhaite parler. Cette chose-là. Aimer, être aimée. Par quelqu’un. Est-ce que c’est tout à fait possible?  Aimer ?

Aimer ça doit être quelque chose comme, pas le courage, pas la force, pas la croyance et un jour ça arrive. On se met à tomber. Parce qu’on a couru vite et on chute, tout doucement, les bras vers le ciel, le dos tenu par l’air, on tombe, l’attraction terrestre joue sur nous mais si peu. La chute continue, continue, déterminée et enveloppante. Je tombe. Je ne sais pas quand cela va s’arrêter. C’est doux et dangereux. La fin de la chute. J’ai été blessée et je serai blessée. On tombe, nécessairement on se blesse. Ça brise, ça détruit.

Cet amour peut-être s’éteindra. L’amour toujours s’éteint. C’est probable, c’est déjà arrivé. On aime et puis on oublie d’aimer. Ou on arrête d’aimer. Comment fait-on ça ? Mais c’est possible. C’est déjà arrivé. Alors, est-ce vraiment possible d’aimer ? Vous savez ce genre d’amour dont on voudrait – ce genre d’amour –  …

On a ce mot, amour, mais peut-être, sûrement, personne ne comprend ce mot de la même façon. Quand je pense bleu ou que je vois du bleu, vous voyez la même chose que moi ?

Oui ? non ? peut-être ? mais de toute façon personne ne sait répondre, donc… ce genre d’amour dont on voudrait. C’est quelque chose comme une illusion, n’est-ce pas ? Peu importe. Une illusion on y croit, on y croit vraiment, et l’illusion existe.

On se blesse et puis on recommence à vouloir. Et on recommence à tomber. Le nouvel amour arrive avec cette idée-là que l’on pourrait vraiment aimer. Cette fois. Un être. Un seul. Une personne. Toujours. Absolument. Ne plus être seul.

Bien sûr ce n’est pas possible. On est toujours seul. Nécessairement. L’amour ne peut rien contre ça.

Peut-être que si l’on aime suffisamment on ne sera pas tout à fait seul ? Peut-être c’est à cela que l’on reconnait que l’on aime, la force de donner, cet amour là dont on voudrait.

Me faire la promesse et vous faire la promesse que le nouvel amour arrive, que la vie nouvelle arrive. Voilà c’est là. Maintenant.

Orage

Hede

Ingrid.

Je ne sais pas pourquoi je suis ici. Je ne sais pas pourquoi tu es ici.

Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je ne le sais pas ?

Pourquoi je ne me souviens pas ?

Pourquoi il y a des choses dont je ne me souviens pas ?

Dis-le. Ingrid, dis-le moi.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s